Food : quand la Tech s’en mêle !

Marion Bories
26/04/2017

L’attrait naturel des Français pour l’univers de la cuisine et les avancées digitales et technologiques offrent un terrain de jeu inédit et passionnant aux start-ups et industriels du secteur alimentaire et culinaire. Ils réinventent de plus en plus nos usages culinaires : c’est la révolution Food Tech.

Plus précisément, qu’est-ce que la Food Tech ?

Digitalisation, algorithmes, intelligence artificielle, ultra-connectivité, biotechnologies et autres ingrédients tech viennent mettre leur grain de sel dans tout ce qui touche, de près ou de loin, à notre alimentation : le retail, les ingrédients, la livraison, les ustensiles… et également les médias cuisine.

Mais la transformation Food Tech s’avère aussi respectueuse du bien manger, des saveurs, loin des anticipations futuristes, et développe désintermédiation, logistique de production et de livraison en local, recyclage et consommation responsable.

Fort de son savoir-faire d’éditeur de contenus (750g, L’Académie du Goût) et de technologies (web listening avec Sémantiweb, gestion sociale avec NukeSuite), le groupe Webedia a souhaité partager son analyse des tendances, communautés et conversations autour de cette thématique de la Food Tech, complétée par une étude quantitative sur les influenceurs culinaires.

Webedia Insights vous livre les principales conclusions.

Au menu de cette étude :

  • Comment les Français comprennent-ils le concept de « Food Tech » ?
  • Quelles innovations ont le plus de résonance auprès du grand public ?
  • Quelles sont les opportunités à saisir pour les grandes marques ?

FOOD RÉVOLUTION : TOUTES LES éTAPES DU PARCOURS FOOD DES CONSOMMATEURS SONT « HACKÉES »

Il est nécessaire de le dire : les internautes ne parlent pas de la Food Tech ! Enfin… pas en ces termes, réservés au microcosme marketing.

En revanche, ils parlent déjà beaucoup des solutions Food Tech qui sont entrées dans leurs vies. Vidéos food, chefs digitaux, livraison à domicile… remportent déjà l’adhésion.

Que ce soit au moment de la recherche d’inspiration, du sourcing des produits, de la préparation… des usages Food Tech sont déjà là :

  • Ils se tournent de plus en plus vers les influenceurs food pour des idées recettes ;
  • Ils scrutent les compositions sur des applis ;
  • Ils testent les marketplaces food, Amap, etc. ;
  • Ils se font livrer leurs courses à domicile ou leurs repas tout prêts ;
  • Ils se renseignent pour récupérer les invendus et éviter le gaspillage ;
  • Etc.

Et ils parlent très largement de ces nouvelles habitudes sur les réseaux sociaux, blogs, forums, ce que Sémantiweb a pu étudier.

Parmi leurs sujets de conversation, les robots cuisiniers :

« Le cooking chef, c’est mon second au quotidien… Je l’aime d’amour mon robot. »

Un(e) internaute – Sémantiweb

Autre exemple : le sujet Food Tech des box d’ingrédients bruts, qui font beaucoup parler online. Mais ces dernières semblent nécessiter encore des améliorations selon certains :

« Je vais tester d’autres box cette année, trop de produits de grande surfaces, pas de produits originaux et d’épicerie fine. »

Un(e) internaute – Sémantiweb

Tous ces volumes de conversations et leur tonalité préfigurent les offres Food Tech qui pourraient décoller demain. Et les propositions ne manquent pas.

Turn cooking stress into dinnertime success • June Oven

Dans la thématique des assistants culinaire, June, un four connecté, reconnaît les ingrédients et propose une cuisson automatiquement adaptée, cuisson que l’on peut suivre à distance grâce à une caméra intégrée. Et en faire un timelapse !

Du côté de la livraison de repas, une initiative intéressante à New York : Arcade, service de livraison de repas new-yorkais, propose de la curation dans l’offre pléthorique en vous proposant chaque jour un seul plat issu d’un restaurant branché, qu’il suffira de commander en répondant à un chatbot.

Ces deux exemples sont emblématiques : les offres Food Tech proposent de s‘attaquer aux points de friction du consommateur dans son parcours food : perte de temps et d’énergie, tâches ingrates…  Et elles devraient avoir d’autant plus d’écho que le consommateur de 2017 est pressé, paresseux et un peu egocentrique !

JUMP IN ! OU COMMENT SE SAISIR DE LA TENDANCE FOOD TECH EN TANT QUE MARQUE

Du point de vue des marques et des distributeurs, le constat vis-à-vis de la Food Tech peut être plus partagé. Désintermédiation, service personnalisé… si ces initiatives ont tendance à redonner le pouvoir aux consommateurs, elles ouvrent aussi de larges opportunités aux marques pour tisser une nouvelle proximité avec eux.

Les façons de mettre une pincée de Food Tech dans son mix marketing sont variées, de la plus incontournable à la plus impliquante :

Digitaliser son produit / son service

Un exemple ?

Avec son compte Twitter @DisMoiNicolas, le caviste Nicolas a choisi d’offrir aux consommateurs une version digitale de sa promesse n°1 : vous conseiller sur la meilleure association mets-vin.

Créer et entretenir une communauté digitale

Il s’agit d’engager les internautes en choisissant la bonne tonalité (humoristique oui, mais pas que), en les poussant à interagir et à rendre viral votre contenu.

Et, selon NukeSuite – solution d’analyse des stratégies sociales du Groupe Webedia – il faudra privilégier la vidéo quand on est un industriel food ou, au contraire, utiliser la photo quand on est un service de livraison.

Capitaliser sur des influenceurs food digitaux

S’associer à une start-up Food Tech

Intermarché, par exemple, teste le chariot autonome Wiigo de la société portugaise Follow Inspiration (http://www.followinspiration.pt/).

Franprix a été précurseur en distribuant les produit Feed, des repas sous forme de boissons, barres ou snacks.

Barilla a co-développé avec TNO une imprimante 3D de pâtes fraîches.

Développer une initiative tech en interne

Evian chez vous a été précurseur là-dessus : evianchezvous.com, son service de livraison d’eau à domicile, est aujourd’hui rentable et pèse près de 10-15% du marché de la livraison d’eau à domicile pour les particuliers selon Arnaud Valette, responsable e-commerce de Danone Eaux France.

Carrefour a lancé début 2017 Pikit, son device de scanning de vos produits de consommation courante, produits qui seront directement ajoutés à votre liste de courses virtuelle, en vue d’un prochain achat.

A GARDER EN TÊTE : LE PLAISIR

Plaisir des papilles, plaisir de faire, de préparer une jolie assiette, da dire “c’est moi qui l’ai fait”, plaisir de partager à table… on touche là au sujet culinaire : attention à ne pas négliger les grands basiques de cette thématique si chère au coeur des Français.

Leur proposer des nouvelles solutions, oui – tout changer, non !

Quelle que soit l’initiative Food Tech envisagée, de la plus simple à la plus ambitieuse, il faudra garder en tête qu’elle doit prendre en compte la part d’émotionnel et de plaisir inhérente à l’univers culinaire.

BONUS

Et après- demain ? Quelques exemples.


Data, insights, inspirations :
recevez la newsletter Webedia Insights !