Hors Jeu n°3 : Gamers et… banque

Marion Bories
02/07/2020

Webedia Insights poursuit sa série d’articles visant à décrypter la cible divertissement la plus en croissance de la décennie, les gamers, dans tous les pans de leur vie.

Troisième thématique : l’argent et le secteur bancaire.

Les gamers sont-ils intéressés par le sujet ? Sont-ils des clients acquis ? Des clients potentiels ?

Les chiffres Kantar TGI* livrent des réponses.

Premier constat : les gamers se considèrent plus dépensiers que l’ensemble des Français. Si 24% de la population se déclare très ou plutôt dépensière, c’est le cas de 31% des gamers.

Ils sont sur-représentés sur des items d’attitude comme “Je ne suis pas doué pour faire des économies“, “Je préfère profiter de mon argent plutôt que de l’épargner” ou “J’ai tendance à dépenser l’argent sans réfléchir“.

Et on retrouve des indices inférieurs à 100 par rapport à l’ensemble de la population quand on les interroge sur les produits d’épargne qu’ils possèdent.

LES GAMERS DANS LEUR RELATION AUX BANQUES

Parmi leurs critères de choix d’une banque, on retrouve en guise de top 5 :

  • Le montant des frais bancaires (36% des gamers) ;
  • La renommée (28%) ;
  • La proximité d’une agence (27%) ;
  • Les tarifs des services (20%) ;
  • Les taux d’intérêt et les prestations en ligne à égalité à 14%.

Mais les critères qui différencient le plus les gamers de l’ensemble de la population sont (meilleurs indices gamers vs ensemble de la pop) :

  • Les conseils de l’entourage : indice 140 vs l’ensemble des Français ;
  • Les offres particulières : 134 ;
  • Le programme de fidélisation : 130 ;
  • La gamme de service et les prestations en ligne à égalité avec un indice 121.

Ils possèdent moins de produits financiers que l’ensemble des Français mais on retrouve des indices supérieurs à 100 par rapport à la moyenne sur tous les items d’intention de souscription à des solutions d’épargne ou de placement.

Concernant leurs attentes vis-à-vis des produits financiers, ils seront susceptibles de privilégier “la forte rentabilité escomptée” (indice 129 vs l’ensemble des Français) par rapport à “la garantie de préserver son capital de départ” (indice 92).

Les gamers déjà ciblés par les banques – Exemple de la Société Générale

ILS SONT TRES CONCERNéS PAR LE CRéDIT IMMOBILIER

28% ont un crédit immobilier en cours (vs 25% des Français).

Et parmi les raisons évoquées de fidélité à leur établissement bancaire, ils répondent plus que la moyenne :

  • J’ai des crédits en cours : indice 111 vs l’ensemble des Français ;
  • Banque qui facilite l’accès au crédit : indice 122.

Bon à savoir : parmi les raisons de fidélité à leur banque, ils ne citent que peu la relation de confiance existante ou la satisfaction.

ILS SONT CONNECTéS, éGALEMENT POUR LES SUJETS BANCAIRES

Ils sont 82% à entrer en relation avec leur banque via une appli et 82% également via un site Internet. C’est plus que l’ensemble des Français.

ILS SONT EN ATTENTE DE PLUS ?

Plus de conseil, plus de services, plus d’opportunités.

Je “compare prestations et tarifs des banques sur Internet avant de souscrire à un produit financier” : indice 122 vs l’ensemble des Français.

J’aimerais que ma banque me propose davantage de services (Voyages…)” : indice 125 vs l’ensemble des Français.

Je m’intéresse aux nouveaux produits financiers” : indice 123 vs l’ensemble des Français.

Les gamers déjà ciblés par les banques – Exemple du CIC

BONUS

Sur un sujet connexe au sujet bancaire : 6% des gamers ont participé à au moins une opération de crowdfunding dans les 12 derniers mois (vs 4% des Français).

Les gamers semblent une cible à potentiel, qui est sous-équipée à date, et qu’il faudra adresser en s’éloignant des modèles traditionnels.

*Source : Kantar TGI 2020 R1 – Avril

Data, insights, inspirations :
recevez la newsletter Webedia Insights !