Etude “Life is a STORY” : le point sur le format social

Marion Bories
26/06/2020

Pour ceux qui seraient passés à côté du phénomène, une story est un contenu, photo ou vidéo, ou une série de contenus, que l’on publie sur un réseau social et qui s’efface automatiquement après 24h.

Instagram, Snapchat, Facebook, YouTube… ont tous développé la possibilité pour les utilisateurs de consulter et publier des stories.

Répondant aux envies de snacking des contenus, d’instantanéité, d’extimité des Français, et notamment des plus jeunes d’entre eux, les stories plaisent et leur succès ne devrait pas s’arrêter là.

A quel point le format a-t-il été adopté par les Français ?

Comment l’utilisent-ils ?

Lesquelles de ses spécificités leur plaisent le plus ?

Grâce à l’analyse des spécialistes du sujet stories chez Webedia et aux réponses de 1 000 Français de 15-65 ans interrogés par l’institut Dynata au printemps 2020, Webedia Insights propose de faire un bilan de l’adoption et des usages du format à date.

QUELLE AUDIENCE POUR LES STORIES ?

63% des Français de 15-65 ans ont déclaré savoir ce qu’est une story.

58% d’entre eux déclarent avoir déjà consulté des stories.

La consultation de stories est logiquement plus répandue chez les plus jeunes : 83% des 15-24 ans et 74% des 25-34 ans ont déjà consulté des stories, quel que soit le réseau social. Les femmes sont également un peu plus consommatrices.

41% des Français déclarent poster eux-mêmes des stories.

DES USAGES CROISSANTS POUR UN FORMAT ADOPTé

69% des 15-65 ans qui consultent des stories en consultent quotidiennement sur au moins un réseau social. Ce chiffre monte à 89% chez les 15-24 ans.

Les stories font donc désormais partie intégrante de la consommation quotidienne “contenus” des Français.

A mi-chemin entre divertissement et information, le format est très apprécié. Les utilisateurs semblent notamment préférer le format story à d’autres formats qu’ils peuvent trouver en digital.

Tout cela explique probablement l’intérêt que le format story suscite ainsi que le temps passé, et par conséquent le basculement auquel nous sommes en train d’assister dans l’usage des réseaux sociaux tel qu’on le connaissait jusqu’à il y a peu. En effet, 33% de ceux qui consultent des stories sur Instagram déclarent dédier désormais plus de temps aux stories qu’à la consultation des posts “classiques”.

COMMENT CONSOMME-T-ON LES STORIES AUJOURD’HUI ?

Les stories postées par l’entourage arrivent en tête des stories les plus consultées (95% des répondants qui consultent des stories en consultent), devant celles postées par les artistes (70%), les influenceurs (64%) et les personnalités/experts (journalistes, chefs, sportifs, etc. à 63%).

Les stories des marques ou des médias arrivent ensuite avec respectivement 60% et 59% des répondants qui en consultent.

41% des répondants préfèrent les stories utilisant des fonctionnalités d’interaction : émojis, outils de sondage, de quizz, de partage à sa communauté, etc. sont caractéristiques du format story et sont les bienvenus .

Exemple : les interactions pour avoir une retour en direct des utilisateurs sur les stories Purebreak.

ET POUR LES MARQUES ?

Pour les marques, aux yeux des répondants, communiquer en utilisant des stories est synonyme de modernité.

“Les marques utilisant des stories sont des marques…”

  • dans l’air du temps” : 79% des répondants, et même 86% pour les 15-24 ans ;
  • “dynamiques” : 78% ;
  • “créatives” : 76% ;
  • “innovantes” : 74% ;
  • “à propos desquelles j’ai envie d’en savoir plus” : 67% ;

Mais aussi des bénéfices sur des items d’image difficiles à faire bouger en communication :

  • différentes des autres marques” : 66% ;
  • “dont je me sens proche” : 65%.

Les stories ont la capacité d’emmener les internautes tout au long du customer journey.

Elles sont par exemple un outil de découverte de produits, d’offres, de services.

Purebreak pour Canal+/MyCanal

Mais elles peuvent aussi emmener jusqu’à l’achat : les répondants sont 36% à déclarer avoir déjà effectué un achat suite à la consultation d’une story.

Comment les marques peuvent-elles s’emparer du phénomène ?

Les posts sponsorisés : ils s’insèrent directement dans le fil de stories de ceux qui en consultent, qu’ils soient abonnés à la marque sur le réseau social ou non.

Ils ont été remarqués par 76% des répondants qui consultent des stories.

Les partenariats entre une marque et un compte déjà suivi par les répondants (influenceur, média, etc.) ont été remarqués par 73% des répondants qui consultent des stories.

Ce format publicitaire a leur préférence d’une courte tête : 33% des répondants disent préférer les partenariats, 29% les stories publicitaires postées par la marque directement.

Les marques peuvent aussi être présentes en proposant par exemple des filtres pour ceux qui postent des stories.

77% des 15-65 ans considèrent que les filtres sont une bonne idée (88% des 15-24 ans).

Purebreak pour l’Armée de l’Air
Lancées fin mai 2020 sur LinkedIn, les stories pourraient également rapidement faire leur apparition sur Google, Twitter, Spotify entre autres. Le format sera donc à suivre. STORY TO BE CONTINUED…

Data, insights, inspirations :
recevez la newsletter Webedia Insights !