Kantar x Only Sports and Passions : Millenials et sport, nouveaux comportements, nouvelles attentes

Marion Bories
17/07/2019

Sports émergents, accompagnement par la technologie, réseaux sociaux comme source d’inspiration et d’information… le secteur du sport se transforme peu à peu et les millenials en attendent les mêmes évolutions que celles qu’ils voient dans les autres secteurs de leur consommation.

Pour mesurer les évolutions en cours, Only Sports & Passions (groupe Webedia) et Kantar se sont intéressés via un questionnaire quantitatif aux habitudes de pratique du sport et de consommation de contenus sportifs chez la jeune génération.

1638 personnes ont été interrogées :

  • 1212 Français « millenials » (âgés de 15 à 34 ans) ;
  • 436 français âgés de 35 à 64 ans.

PRATIQUE SPORTIVE : DES USAGES DéMULTIPLIéS ET UN INTéRêT INCONTESTé CHEZ LES MILLENIALS

Les millenials sont des touche-à-tout, des sports traditionnels aux sports émergents : 4,5 sports pratiqués en moyenne vs 3 chez les 35+.

Les sports émergents sont 1,5 fois plus pratiqués par les millenials que par les 35+ :

  • Le futsal/l’urban foot compte même 6 fois plus de pratiquants au sein des millenials vs les 35+ ;
  • Le body combat/krav maga 5 fois plus ;
  • Le basket 3×3 3 fois plus ;
  • Le bootcamp/crossfit/TRX 2 fois plus.

Les millenials sont rarement sans leur smartphone lors de leur pratique sportive : 76% des pratiquants de moins de 35 ans utilisent au moins un device connecté quand ils font du sport tous devices confondus, et 54% plus précisément un smartphone.

  • Soit pour passer le temps (76%) , écouter de la musique notamment ;
  • Soit de façon plus centrale (42%) : pour mesurer leur performance, voire la publier, ou se mettre en scène sur les réseaux sociaux pendant l’effort.

1/3 des millenials aimeraient faire plus de sport.

IN STADIA : DES EXPéRIENCES NOUVELLES éMERGENT

36% des millenials sont allés voir un événement sportif lors des 10 dernières années, vs 25% des 35+.

En tout premier lieu une épreuve officielle de football (50% d’entre eux).

Certaines compétitions ont recueilli moins de spectateurs en valeur absolue mais ont, comparativement, plus intéressé les millenials que les 35+ :

  • 13% des millenials ont assisté à une épreuve officielle d’un sport émergent (4% des 35+) ;
  • 10% des millenials ont assisté à une épreuve officielle d’esport (1% des 35+) ;
  • 8% des millenials ont assisté à une épreuve officielle d’un sport extrême (2% des 35+).

Qu’est-ce qui pourrait encore améliorer leur expérience de sport in stadia ?

  • un souvenir du match/de la compétition pour 33% d’entre eux ;
  • des replays instantanés pour 25% d’entre eux ;
  • des fans zones pour 23% d’entre eux ;
  • de quoi démontrer leur soutien à leur équipe pour 18% d’entre eux ;
  • des infos sur les coulisses pour 17% d’entre eux.

CONSOMMATION DE CONTENUS SPORTIFS : CAPTER UN PUBLIC AUTANT CONSOMMATEUR QU’AVANT MAIS SUR UNE MULTITUDE DE SUPPORTS

Les 35+ se caractérisent par un mode de consommation traditionnel des contenus sportifs, avec peu de supports de visionnage.

A l’inverse, les millenials snackent à plusieurs moment (une consommation plus fréquente mais pour moins longtemps à chaque occasion) et à plusieurs endroits : par exemple 29% des millenials préfèrent un autre device que la TV pour regarder un direct sportif (7% des 35+).

Autre phénomène : le second écran est une réalité pour les millenials. 58% d’entre eux utilisent des sites ou des applis quand ils regardent une compétition sportive en direct, tout autant pour des motivations sociales que pour rechercher de l’information complémentaire.

Consommer du sport en dehors d’une compétition sportive n’a jamais été autant à la mode. Les millenials sont friands de contenus sportifs hors-live et on voit émerger des contenus qui leur parlent notamment via les plateformes OTT.

Exemple des documentaires Netflix sur des clubs de football

30% des millenials préfèrent un autre lieu que leur domicile pour consommer du sport hors direct (19% des 35+) : dans les transports en commun, en voiture, au bureau ou à l’université par exemple.

La consommation de sport se renouvelle aussi du fait des émetteurs prenant la parole sur le sujet et de l’intérêt que les millennials leur portent :

Si le sport est un des seuls centres d’intérêts qui transcendent les générations, ce n’est pas pour autant que les millenials ont le même comportement que leurs aînés. Communauté, nouveaux leaders d’opinion, connectivité, plateformes… le sport bouge et est riche en opportunités !
Data, insights, inspirations :
recevez la newsletter Webedia Insights !